AccueilElinor Frey et Guido Morini

Elinor Frey et Guido Morini

08 décembre 2019 à 16h15  |  25 $

Elinor Frey, gambiste et violoncelliste

Guido Morini, claveciniste italien en tournée au Québec

Au programme: Palestrina, Castello, Merula, Cima, Selma, Frescobaldi.

NB: Avant 16h, passez au Salon de Créations du P’tit Bonheur de Saint-Camille, où plus de 20 artisans et artisanes vous proposent les fruits de leur créativité en prévision de Noël!


Billet : 25,00 $

Elinor Frey est fascinée par les origines du violoncelle de même que par le processus créatif de musiques nouvelles. Elle joue aussi bien des instruments d’époque que des instruments modernes. Son récent album paru sous l’étiquette belge Passacaille, Berlin Sonatas (2015) avec Lorenzo Ghielmi, a été en nomination pour un prix Juno et a remporté un Prix Opus et son premier disque baroque, La voce del violoncello (2013), a reçu des critiques très élogieuses. En 2017 est sorti le CD Fiorè, l’enregistrement en première mondiale des sonates d’Angelo Maria Fiorè et de divers airs italiens inconnus avec la soprano canadienne Suzie LeBlanc. Son CD de nouvelles œuvres pour violoncelle baroque, intitulé Guided by Voices, est sorti sur le label Analekta en mars 2019. Elinor a entre autres bénéficié de la bourse américaine US-Italy Fulbright Fellowship ainsi que de bourses du CRSH et du Conseil des Arts du Canada en regard de ses travaux sur la musique italienne pour violoncelle. Elle s’est produite en concert avec Il Gardellino, Les Idées heureuses, Caprice, Constantinople, ainsi qu’avec son quatuor, Pallade Musica. Elinor Frey a obtenu en 2012 un doctorat en musique de l’université McGill et est également diplômée du Mannes College of Music et de la Juilliard School. Elinor est professeure de violoncelles anciens à l’Université de Montréal, chargée de cours à l’Université McGill, et chercheur invitée en musique de 2019-2022 à Lady Margaret Hall, Université d’Oxford.

Guido Morini est né à Milan en 1959. Après des études d’orgue, de clavecin et de composition, il se consacre à l’art de la basse continue et de l’improvisation. Sa carrière de concertiste l’a amené à travailler, très jeune, avec quelques-uns des meilleurs des musiciens européens et à enregistrer quatre-vingts disques environ, dont beaucoup ont été couronnés par la critique internationale (Diapason d’Or, 10 Répertoire, 5 Goldberg, Choc de la Musique), pour des étiquettes aussi importantes que ECM, Opus 111, Arcana, Glossa, Astrée, Alia Vox, Cyprès, Naïve, Alpha. En 1984, il fonde avec le ténor Marco Beasley ACCORDONE, ensemble avec lequel il expérimente une nouvelle approche de l’interprétation du répertoire baroque et notamment de la musique italienne du XVIIe siècle. De 1985 à 2005, il est le claviériste de l’Ensemble Aurora dirigé par Enrico Gatti avec lequel il continue de travailler comme soliste. De 1991 à 1995, il est le claviériste des ensembles de Jordi Savall. Avec Accordone, Guido Morini est à l’affiche des plus grands festivals et des salles de concert les plus prestigieuses, dirigeant toutes les révisions et les élaborations musicales du groupe. Musicien éclectique, il s’est également consacré à la composition de pièces instrumentales, cantates « dans le style de l’époque » et d’œuvres intégrales :

« Una Odissea » (2002) est une œuvre en un acte, pour solos, chœur et orchestre (livret de Marco Beasley) ; « Vivifice Spiritus Vitae Vis » (2005), est une composition de musique sacrée pour solos, chœur et orgue. En janvier 2009, « Una Iliade » – œuvre qui a réuni Accordone, Netherland Blazers Ensemble et Hilliard Ensemble – a été exécutée en première mondiale au Muziekgebouw d’Amsterdam. En mai 2009, au Festival de Salzbourg a été exécuté en première absolue son travail « Solve et Coagula » (principe premier de l’Alchimie) dont le personnage central est Raimondo di Sangro, Prince de San Severo, philosophe, savant, inventeur et alchimiste qui vécut à Naples au XVIIIe siècle. En 2012, sa nouvelle création de musique sacrée « Passio » pour ténor, chœur et orgue, a été exécutée en première absolue.