Geneviève Soly, clavecin et Laura Andriani, violon

Samedi 30 Septembre, 20h
Billets: 
24 $ Formule souper-concert : 60 $ (taxes et services incl.; réservation obligatoire)

Tête-à-tête à la chandelle avec Jean-Sébastien Bach
Au programme : les  sonates pour violon et clavecin  nos 1,2, 5

 

Geneviève Soly, issue d’une famille de musiciens renommés, a su qu’elle deviendrait interprète à  l’âge de 8 ans, alors qu’elle écoutait un long jeu sur lequel Sviatoslav Richter interprétait les Fantasie Stücke de Robert Schumann, qui reste à ce jour le compositeur le plus cher à son cœur.

Passionnée de l’époque baroque, elle fondait à Montréal, en 1987, Les Idées heureuses, qui a depuis produit plus de 200 concerts dans sa série régulière basée au centre-ville de Montréal et en a présenté au-delà de 400 en Amérique et en Europe.

Depuis 2006, elle a joué en solo au Centre de Musique baroque de Versailles, au Festival de musique ancienne d’Utrecht et de Bruges, ainsi qu’à Modena, à Pontoise, à Bâle et à Berlin.

Sa démarche musicale et musicologique, entreprise en février 2001, vise la redécouverte et la diffusion de l’œuvre de Christoph Graupner, éminent contemporain de J.S. Bach oublié par l’histoire. Dans le cadre de ses études graupnériennes, elle a à son actif, outre dix enregistrements discographiques parus sous l’étiquette canadienne Analekta, des stages, des conférences (festival de musique ancienne de Bruges, conservatoires nationaux supérieurs de Paris et de Lyon, conservatoires régionaux de Metz et de Toulon, et facultés de musicologie de Nancy et de Fribourg) et plusieurs émissions radiophoniques à France Musique. La saison 2009-2010 l’a amenée dans plusieurs villes de France, ainsi qu’à Darmstadt, à Bruxelles, à Gand et à Nuremberg dans le cadre de récitals de clavecin soulignant le 250ème anniversaire de la mort de Graupner.

Avec l’Ensemble des Idées heureuses, Geneviève Soly a interprété le cycle des Sept Paroles du Christ de Graupner – l’enregistrement discographique paraîtra en mars 2012 sur Analekta –  de même que sa musique d’orchestre lors de tournées européennes (2006, 2007 et 2009) aux festivals de Bruges, de Pontoise, d’Ambronay, d’Utrecht et de Stockholm. Les Idées heureuses compte actuellement 27 cantates du maitre à son répertoire. Geneviève Soly prépare actuellement l’édition des œuvres de clavecin de Christoph Graupner et projette plusieurs éditions de cantates. Ses enregistrements de la musique de Graupner ont été salués par la critique et choisis comme disques du mois à plusieurs reprises depuis 2001 par Classicstodayfrance.com, Classicstoday.com, Diapason, Gramophone, BBC Music Magazine, la revue française Classica/Répertoire et le New York Times. La revue de presse internationale est unanime à reconnaître l’importance de Christoph Graupner, de même que la qualité du travail d’interprète et de musicologue de Geneviève Soly.

Reconnue pour ses talents de pédagogue et de communicatrice, Geneviève Soly enseigne l’histoire de la musique au camp musical CAMMAC. Depuis 2008, elle est conférencière invitée de la Fondation Arte Musica au Musée des beaux-arts de Montréal.

Figure incontournable de la musique baroque au Québec, Geneviève Soly est aussi reconnue pour ses talents de vulgarisatrice et de gestionnaire. L’énergie qu’elle déploie pour mieux faire connaître le répertoire baroque lui a valu, en 1997, le Prix Opus décerné par le Conseil québécois de la musique dans la catégorie Personnalité de l’année et le titre de Personnalité de la semaine octroyé par le quotidien montréalais La Presse, dans l’édition du 2 avril 2006. Elle a été invitée à signer le Livre d’or de la ville de Montréal lors d’une cérémonie protocolaire le 6 mai 2010 pour souligner sa réputation internationale comme spécialiste de Graupner.

Geneviève Soly est la mère de Matthias Soly-Letarte, étudiant en percussions au Conservatoire de musique de Montréal, et d’Arnaud Soly-Letarte, étudiant en peinture à l’Université Concordia.

Laura Andriani, originaire de Turin, en Italie, étudie d’abord le violon avec Elena Guizzardi au Conservatoire de musique Giuseppe Verdi de sa ville natale, d’où elle gradue à l’âge de 17 ans. Elle étudie ensuite avec Franco Gulli, Adelina Oprean (obtention du diplôme de soliste à l’Académie de musique de Bâle en Suisse) et Salvatore Accardo à l’Accademia Walter Staufferde Cremona. Elle étudie aussi en Angleterre (Britten-Pears School à Aldeburgh et Royal Academy of Music à Londres), en Autriche (Musikhochschulede de Vienne) et en Italie (Scuola di Musica de Fiesole) avec des membres du Amadeus Quartet, du Smetana Quartet et du Quartetto Italiano.

En tant que chambriste, Laura Andriani a joué en Europe (Italie, France, Allemagne, Autriche, Espagne, Belgique, Hollande, Angleterre et République Tchèque), au Canada, aux États-Unis, en Chine et en Corée.

Elle a aussi fait partie d’ensembles spécialisés dans l’interprétation de la musique contemporaine (Sentieri Selvaggi et l’Ensemble Divertimento) et d’orchestre d’opéra dont de l’orchestre philharmonique de la Scala (Milan), et celui du Théâtre Regio de Turin.

Parallèlement à sa vie musicale, en 2005, elle obtient le titre de « Docteure en Lettres Modernes avec grande distinction » de l’Università degli Studi de Turin

Laura a aussi remporté plusieurs premiers prix dans des compétitions italiennes d’envergure. En 1997, elle finit première à la prestigieuse compétition de violon de la ville de Vittorio Veneto. Lors de la 44e Compétition internationale de violon Premio Paganini à Gênes, elle remporte à l’unanimité le Prix Spécial du jury pour son exécution de la Sequenza VIII de Luciano Berio. En 2003, elle participe au Concours international de Montréal : seule violoniste italienne admise, elle obtint un vif succès en accédant aux finales accompagnées par l’OSM. Après avoir joué comme Premier violon du Quatuor Andriani, elle devient alors la Première violon du Quatuor Alcan et s’installe au Québec en 2003. Elle joue depuis avec l’Orchestre symphonique Saguenay—Lac-Saint-Jean.

En janvier 2010 le disque Chant de terre et de ciel, musique de Messiaen, (ATMA classique) interprété avec Robert Kortgaard et Suzie LeBlanc, gagne le Prix Opus du Disque de l’année du Conseil québécois de la musique

Depuis mai 2016, Laura se présente également au public comme violoniste baroque. Après un concert avec Les Boréades, elle joue des Sonates de Bach avec sa nouvelle collaboratrice, la claveciniste Geneviève Soly, avec laquelle elle forme un dorénavant duo : Deux Idées heureuses. Laura inaugurait par la même occasion un violon, copie de son violon italien de Francesco Ruggeri de 1692, fabriqué par la luthière Belge installée à Montréal, Isabelle Wilbaux. Laura sera aussi la nouvelle Concertmistressde l’Ensemble des Idées heureuses à partir de sa 30e saison 2016-2017.

Laura Andriani est l’une des rares violonistes actuelles à jouer avec autant d’aisance le répertoire des époques romantique et moderne – tant en solo, en musique de chambre et en orchestre – que le répertoire baroque – et en particulier la musique de J.S. Bach – selon les critères historiques d’interprétation, avec instrument et archet appropriés.

Pour sceller leur nouvelle collaboration, Laura Andriani a été invitée par Geneviève Soly à prendre part comme soliste au concert Célébration Bach de l’Orchestre Symphonique de Trois-Rivières le 18 février 2017, concert que dirigera la claveciniste de son instrument, dans des concerti de Bach.